1. Vous êtes ici :
  2. Accueil
  3. Découvrir et bouger
  4.   Histoire et patrimoine
  5.   Village classé

Penta di Casinca : village classé

Penta di Casinca : village classé

Il est construit sur les premières hauteurs qui dominent la plaine, plus précisement, sur un éperon rocheux. D’ailleurs, l’énorme rocher sur lequel repose la partie principale du village a servi de carrière fournissant les matériaux aux premières constructions de Penta. La beauté et l’exception de son architecture lui valent d’être classé par décret du 28 août 1973 et d’être reconnu «site Pittoresque du Département de la corse». Penta est le seul village de l’île à être classé.

Déjà dans les descriptions anciennes, Penta était l’un des plus considérables de la Casinca et l’un des mieux bâtis en Corse. Perché à 400 mètres d’altitude, Penta présente ainsi un paysage varié par ses perspectives laissant découvrir : D’une part, les îles de l’archipel toscan, un patrimoine bâti remarquable, un environnement préservé, les villages de : Loreto, Sorbo-Ocognano, Venzolasca et Castellare et les sentiers de randonnées pédestres reliant certaines communes de la casinca entre elles. D’autre part, la plaine constituée de pâturages extensifs et de cultures arboricoles.
C’est là que se situe le hameau de Folelli très urbanisé qui s’étend de part et d’autre de la RN 198, avec un habitat mixte (petits immeubles et constructions individuelles). Enfi n, la bande littorale préservée formée d’une plage de sable fi n. Une signalétique au croisement de Saint Pancrace, sur la RN 198, indique que l’accès au village de Penta s’effectue en traversant au préalable la commune de Castellare di Casinca. Si la Corse compte quelques communes «éclatées», avec un littoral et un village en piémont, l’originalité de Penta di Casinca tient en effet de ce découpage surprenant. L’explication remonte à l’époque de la réalisation du plan Terrier, entre 1770 et 1790, où la plaine constituait la «terre commune» ; les habitants de Penta et de Castellare exploitaient ainsi ensemble les terres communes de la plaine. Avec le développement de l’activité pastorale et agricole, les deux communautés décident de modifi er leurs limites et se partagent la plaine en rattachant le nord à Castellare et le sud à Penta, le ruisseau de «Noce» servant de limite.

Newsletter